Vie-Nouvelle

Vie-Nouvelle

Première partie : 4ème chapitre

 

La pierre qui frappe

 

 

''Tu regardais, jusqu'à ce qu'une pierre

se détacha sans 
l'intervention d'aucune

main, 
frappa la statue à ses pieds de

fer et d'argile et les brisa."

 

statue 10.PNG

     

 « Dans les temps de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la domination ne passera pas à un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera à jamais. » (Daniel II, 44).

 

Ce royaume, dit la prophétie, c'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne « sans le secours d'aucune main », c'est-à-dire d'elle-même, sans que personne lui donne une impulsion quelconque. Cette pierre tombera à son heure sur la statue, la frappera aux pieds, la fera voler en poussière.

Voilà le fait annoncé par la prophétie. Voyons l'explication :    

Autant que j'ai pu le vérifier, la plupart des commentateurs catholiques, sinon tous donnent ce grand événement comme accompli. Pour toute preuve, ils se citent les uns les autres, disant que la pierre dont il s'agit est tombée depuis des siècles. Depuis quand ? - Depuis que le Fils de Dieu est descendu du ciel sur la terre. On veut que cette parole « sans le secours d'aucune main » soit accomplie par l'incarnation du Fils de Dieu dans le sein de la Vierge Marie, par l'œuvre du Saint-Esprit, c'est-à-dire sans collaboration d'homme. 

Par sa doctrine, par sa mort sur la croix, par sa résurrection, par la prédication de l'Evangile, cette pierre, donc Jésus-Christ, aurait détruit l'empire du diable, de l'idolâtrie et du péché. Et l'on suppose que cette même pierre commença immédiatement à grossir, qu'elle a grandi peu à peu et qu'elle est devenue une montagne si démesurée qu'elle a rempli toute la terre. Cette montagne, c'est l'Église chrétienne, qui, selon nos commentateurs, est le cinquième et dernier Empire de la prophétie, Empire incorruptible et éternel. 

Vous pouvez ici découvrir de vos propres yeux - ce que je disais au début - la vraie raison qui a conduit nos docteurs à donner à l'empire romain la quatrième place dans l'ordre des Empires figurés par la statue. Mais je laisse ce point à vos réflexions. Notre attention est attirée sur une chose plus grave et plus digne encore d'observation :       

Je veux parler de la transition, aussi prodigieuse qu'inattendue, du domaine matériel au domaine spirituel. Ce brusque passage soulève pour moi deux difficultés auxquelles nos commentateurs ne semblent pas avoir songé, auxquelles, en tout cas, ils n'apportent aucune solution.

Première difficulté : Si cette pierre, dont parle la prophétie, est déjà tombée sur la terre au temps de l'Empereur Auguste César, elle a dû faire son œuvre de destruction tout d'abord. On demande alors : Quels pieds, c'est-à-dire quels royaumes existant dans le monde, au temps de la naissance de Jésus, ont été broyés, mis en poussière, par le choc de la pierre ?    

Seconde difficulté : Les quatre métaux de la statue, or, argent, airain, fer, représentaient-ils quatre Empires temporels, bien visibles dans le monde, ou bien quatre Empires spirituels ? S'ils représentaient quatre Empires spirituels, pourquoi cet acharnement des docteurs à chercher ces Empires parmi les Chaldéens, les Perses, les Grecs ou les Romains ? Sinon, dans le premier cas, la pierre doit avoir brisé et anéanti ces Empires matériels, qui sont du reste les seuls dont on parle, et non les royaumes métaphoriques, dont on ne parle pas.   

Prendre la moitié d'un texte dans un sens et l'autre moitié dans un autre sens, et un sens si diamétralement opposé, voilà un moyen bien étrange d'expliquer les Ecritures. Voici l'explication que je présente [selon les Ecritures Saintes :

Examen de la pierre :

Les docteurs nous disent : La pierre dont parle la prophétie est évidemment Jésus-Christ. Cette pierre, ajoutent-ils, tomba de la montagne, ou du ciel, dans le siècle d'Auguste, quand l'Empire romain était dans toute sa splendeur. En conséquence de cette chute, l'empire de Satan s'est trouvé ruiné. Puis, continuent les docteurs, la pierre a grandi, a rempli presque tout l'univers par la prédication de l'Evangile. La prophétie est accomplie, nous n'avons pas plus à l'attendre qu'à la craindre...

Tout cela se trouve en substance chez les interprètes de l'Ecriture, et tous leurs discours se réduisent à ce sophisme palpable.

Que la pierre soit le Messie, cela est incontestable. Mais, comme tous les chrétiens, nous croyons, nous savons, les Ecritures l'affirment, qu'il y a non pas une, mais deux venues du Messie, et que c'est à cette seconde venue que s'accompliront les prophéties qui, de toute évidence, ne se sont pas accomplies à la première venue du Messie.

Parmi ces prophéties, il est question de la pierre qui nous occupe en ce moment. Isaïe emploie la même figure : « Voici, j'ai mis en Sion une pierre, pierre éprouvée, angulaire, de prix, solidement posée. Celui qui s'appuiera sur elle n'aura pas à fuir. » (Isaïe XXVIII). Et au chapitre VIII, le prophète prédit que cette pierre sera aussi « une pierre d'achoppement, un rocher de scandale pour les deux maisons d'Israël ». Mais ce n'est point comme une force de destruction que viendra la première fois cette pierre. Le Christ dit : « Le Fils de l'homme n'est pas venu pour détruire, mais pour sauver ».     

En sa première venue sur la terre, cette « pierre » n'a causé de dommage à personne. Bien au contraire : « Dieu n'a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde fût sauvé par lui. » (Ev. de S. Jean III, 17). Dieu a donné son Fils au monde pour être une pierre angulaire, le fondement ferme et solide sur lequel pût s'élever le grand édifice de l'Église.  

Parlant du Messie à sa première venue, Isaïe dit : Il ne brisera pas le roseau froissé, il n'éteindra pas la mèche prête à mourir... » (XLII, 3). Loin de faire aucun mal à sa venue, loin d'anéantir les gouvernements injustes qu'il trouva, Jésus se soumit à eux. Ce sont eux qui l'ont au contraire brisé, qui l'ont fait mourir, puis se sont acharnés contre ses disciples et son Eglise.     

Mais il viendra un temps, il viendra infailliblement, où, les limites de la souffrance et de la patience divine étant atteintes, cette même « pierre » tombera une seconde fois, faisant un fracas terrible, et frappera avec toute la rigueur imaginable les pieds de la statue, c'est-à-dire les royaumes existant alors.       

Nous n'avons donc aucune raison pour confondre un événement avec un autre. Quoique la «pierre », c'est-à-dire le Messie, soit une, les venues ou descentes du Fils de Dieu sur notre terre, sont certainement deux, très différentes entre elles, et sont articles de foi, l'une comme l'autre.

Ainsi, ce qui ne se produisit pas, ce qui ne put se produire, lors de la première venue, se produira infailliblement lors de la seconde. Ensuite, le texte sacré dit que la pierre étant tombée de la montagne, et ayant mis en pièce la grande statue, cette pierre devint une montagne si considérable qu'elle couvrit toute la terre. Daniel explique cette énigme par ces mots : « Dans les jours de ces rois, le Dieu du ciel suscitera un Royaume qui ne sera jamais détruit, et dont la domination ne passera point à un autre peuple. Il brisera et anéantira tous ces peuples-là, et lui-même subsistera à jamais. » (v.44). 

Nous faisons appel à la logique et au simple bon sens, et nous demandons : ces paroles peuvent-elles s'appliquer à l'Eglise ? Il serait vraiment oiseux d'insister.

Mais combien, au contraire, est intéressant à faire le rapprochement entre les paroles du prophète Daniel et celles de saint Paul, sur le même sujet : « Puis ce sera la fin, dit l'apôtre, quand Il remettra le royaume à Dieu le Père, après avoir anéanti toute principauté, tout pouvoir et toute force. » (1 Corinthiens, XV, 24). 

Paroles à rapprocher encore de ces deux passages des Psaumes CX et II : « Le Seigneur à ta droite brisera des rois au jour de sa colère » — alors, il leur parlera dans sa fureur et les épouvantera par sa colère », et de cet autre du prophète Isaïe, XXIV, 21 : « En ce jour, Yahweh Adonaï châtiera les rois de la terre, et ils seront assemblés captifs, comme sont entassés les prisonniers dans les cachots, et ils seront châtiés longtemps après. » 

Et enfin, de ce qui est dit de tous les rois de la terre au chap. XIX de l'Apocalypse. Toutes ces paroles des prophètes doivent se vérifier un jour, puisqu'elles ne l'ont pas encore été. Et ce n'est qu'après cela que commencera sur la terre un nouveau Royaume, le Royaume messianique, absolument différent de tous ceux que le monde a connus jusqu'ici. Il sera établi par la même « pierre » qui doit détruire et anéantir la statue. Saint Paul dit encore : «Car il faut qu'Il règne jusqu'à ce qu'Il ait mis tous ses ennemis sous ses pieds. » (1 Corinth. XV, 25). Et vous voyez ici, lecteur, distinctement annoncé, le jugement des vivants (qu'il ne faut pas confondre avec le jugement des morts), jugement affirmé par notre Symbole des Apôtres et corroboré par une quantité de déclarations des Saintes Ecritures.

Conclusion :     

L'étude soigneuse de cette grande prophétie sera des plus utiles à quiconque ne peut vivre et se complaire dans l'artificiel. Elle sera d'un grand intérêt aussi à tous ceux qui n'ont jamais pris au sérieux les Ecritures ; elle leur en démontrera l'incomparable valeur. De point en point, au cours de vingt-six siècles, depuis le monarque assyrien jusqu'à nos jours, les événements que préfigure le fameux colosse aux pieds d'argile se sont déroulés, corroborant la prophétie de la façon la plus précise.

Aussi sommes-nous tous invités à prendre comme un grave avertissement les vérités que Dieu veut nous faire entendre. Refuser d'y croire, c'est courir à la catastrophe vers laquelle est entraîné ce monde. — « Le jour du Seigneur, dit l'apôtre Paul, viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sûreté sur eux ! c'est alors qu'une ruine soudaine fondra, et ils n'échapperont point... » (1 Thessaloniciens, ch. V, 1-11).     

Ce n'est point parce que l'on n'y croit pas, ou que l'on n'en fait pas de cas, que les prophéties manqueront de s'accomplir.

 

 

 

barre 10.png

 

 

DeuxiEme partie 

fleche_d_mini.jpg

 

      

  Page précédente        Table des matières

 fleche_g_mini.jpg         fleche_g_mini.jpg

 

 

 

 https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

ACCUEIL / BUT DE CE SITE / ARTICLES 

MES LIVRES / CONTACT / VIDEOS



11/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 797 autres membres