Vie-Nouvelle

Vie-Nouvelle

L’ÉPOQUE PRÉCISE (Première partie)

  

 

L’ÉPOQUE prÉcise

 

époque.PNG
   

de la fin des DERNIERS temps 

 

 

 

Mystérieuses relations entre

 

1 : Les révélations de Jésus-Christ à Sœur de la Nativité 

2 : Les messages de Notre-Dame 

 3 : L’instant précis de la résurrection du Christ 

 

4 : La Prophétie des Papes 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

  

 

 

Que cela soit clair dès le départ, lorsque nous parlons dans cet article de « l’époque précise », nous ne voulons en aucun cas annoncer l’année, le jour et l’heure du jugement des nations et du Second Avènement de Notre Seigneur, car personne ne peut connaître le jour et l’heure sauf Dieu (Mt 24, 36).

 

 

Ce que nous voulons dire par « l’époque précise »,

c’est qu’il s’agit d’une plage de temps située au XXIe siècle.

 

 

   

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

 

 

Première partie


 

 

RÉVÉLATIONS DE JÉSUS-CHRIST
À SŒUR DE LA NATIVITÉ

SUR L’ÉPOQUE prÉcise
DE LA FIN DES TEMPS,
du jugement des nations
ET dU SECOND avÈnement du Seigneur

 

 

 

 

 

Petite biographie sur la Sœur de la Nativité :

 

Il n’est plus besoin de présenter Jeanne Le Royer, devenue Sœur de la Nativité, tant est grande sa renommée. Néanmoins, voici quelques informations sur cette femme extraordinaire née le 24 janvier 1731 à Beaulot, paroisse de la Chapelle-Janson (Lorient) à dix kilomètres de Fougère dans l’évêché de Rennes en Bretagne.

 

Elle entra en religion dans la Communauté des Urbanistes de Fougère en 1752 et mena une vie de grande vertu ; elle fut favorisée d’une foule de visions, de révélations et reçu le don de prophétie.

 

Elle a notamment prédit la révolution française, la mort de Louis XVI, la persécution religieuse, et bien d’autres évènements d’une importance capitale qui, justement, nous intéressent au plus haut point puisque ses visions et ses prophéties sur la fin des temps, révélées par Notre Seigneurconcernent directement une génération particulière, celle qui sera présente à l’aube du XXIe siècle… donc la nôtre ! 

 

Elle mourut en odeur de sainteté le 15 août 1798, à l’âge de 67 ans. Sa vie et ses révélations furent écrites par son dernier confesseur, l’abbé Genet. Ces écrits ont reçu les plus élogieuses approbations des autorités religieuses de l’époque, évêques, vicaires généraux et théologiens.

 

Ils dirent d’elle, écrit l’Abbé Genet :

 

« qu’il lui fut permis de monter dans la chair de St. Léonard, surtout les jours où l’Eglise célèbre les grands mystères de la religion. Personne n’était en état de parler comme elle ; sans avoir jamais étudié la théologie, elle en possédait à merveille tous les traités. C’était une âme d’une grande piété et d’une profonde humilité…

 

Ainsi mourut à l’âge de 67 ans cette âme extraordinaire qu’on peut, avec raison, regarder comme le prodige de son siècle, digne, à tous égards, d’être comparée à tout ce que l’Eglise honore. Sans lettres, sans éducation, sans presque pouvoir s’exprimer, obligée d’employer une main étrangère, elle a égalé, peut-être même surpassé, dans ses écrits, tout ce que les autres avaient fait de plus admirable en genre d’inspiration ou de spiritualité.

 

A peine eut-elle expiré que la voix du peuple la canonisa par des qualificatifs qui n’appartiennent strictement qu’à ceux dont l’Eglise a reconnu et déclaré la sainteté. La sainte religieuse vient de mourir, disait-on.

 

Du fait que Sœur de la Nativité fut longtemps exposée, on accourait en foule demandant à voir le corps de la sainte. On se recommandait à ses prières et à cette occasion des faits extraordinaires se réalisaient !

 

L’ouvrage [4 volumes de plus de 500 pages chacun] a été lu et examiné par plus de 100 théologiens profonds, à savoir huit évêques et archevêques, une trentaine de vicaires généraux de différents diocèses, docteurs et professeurs de théologie, abbés auteurs de différents ouvrages estimés, des académiciens même… L’ouvrage a été unanimement applaudi par les lecteurs de tous ordres de l’Eglise. » (Fin de citation de l’Abbé Genet)

 

Après de tels éloges et une telle vie, ne serait-ce pas bien téméraire et injuste de mettre en doute la droiture de Sœur de la Nativité  et le caractère surnaturel des révélations ? Visiblement nous nous trouvons ici en présence d’une âme d’une très haute spiritualité, d’une grandeur exceptionnelle et inspirée par Dieu, comme il n’y en a qu’une ou deux par siècle.

 

Nous pouvons donc avoir confiance dans ses révélations. Révélations qui furent nombreuses comme en témoignent les 4 volumes qui leur furent consacrés par l’Abbé Genet.

 

 

Sœur de la Nativité a été,

SURTOUT et principalement,
 la prophétesse des événements des derniers temps

plus de deux siècles à l’avance !

 

 

Nous ne rapporterons dans cet article qu’une infime et minime partie de ses visions, mais partie d’une importance exceptionnelle puisqu’elle nous concerne directement comme dit plus haut :  « ses visions et ses prophéties sur la fin des temps, révélées par Notre Seigneur, concernent directement une génération particulière, celle qui sera présente à l’aube du XXIe siècle… donc la nôtre !

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

 

« Le Seigneur DIEU
ne fait rien sans révéler son secret
 à ses serviteurs les prophètes. »
(Amos 3, 7)  

 

Pour son Premier Avènement, Dieu a préparé son peuple plusieurs siècles à l’avance en révélant son secret à ses serviteurs les prophètes (Cf. Isaïe 7, 14 ; Matthieu 1, 23 ; Daniel 9, 24-26) afin de préparer la génération de cette époque précise à accueillir son Messie.

 

DE MÊME pour Son Second Avènement, Notre Seigneur Dieu prépare son peuple, car c’est une constance de sa fidélité et de sa grande miséricorde envers ses enfants dont la foi est vivante, car comme le précise Amos : « LE SEIGNEUR DIEU ne fait rien sans révéler son secret à ses serviteurs les prophètes.» (Amos 3, 7)

 

Dieu a toujours averti les hommes des jugements à venir, toujours ! Ceux qui, pour leur époque, ont cru ses messages, ont obéi à la foi et ont observé ses commandements, ont échappé aux jugements qui sont tombés sur ceux dont les cœurs étaient pervertis et qui restaient obstinément dans la désobéissance divine.

 

 

Noé a été averti du jugement qui allait tomber sur l’humanité devenue mauvaise et pervertie : « L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal… Et l’Eternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé… » (Gn 6, 5 & 7)

 

Alors Dieu dit à Noé : « Entre dans l’arche, toi et toute ta maison, car tu es le seul juste que je vois en cette génération. » (Gn 7, 1)

Noé a été sauvé car il a cru et a obéi à Dieu et toute sa famille, sa femme, ses trois fils et ses trois belles-filles furent également sauvés car ils ont tous cru et obéit aux paroles que Noé avait reçu de Dieu !

 

 

Lot a été averti : « Levez-vous, sortez de ce lieu, car l’Éternel va détruire la ville. » (Gn 19, 14). Lot s’est placé sous la garde des messagers célestes, et il a été sauvé ainsi que ses deux filles ! Ce qui ne fut pas le cas de ses deux futurs gendres : « Lot alla parler à ses futurs gendres, qui devaient épouser ses filles : « Debout, dit-il, quittez ce lieu, car l’Eternel va détruire la ville. » Mais ses futurs gendres crurent qu’il plaisantait. » (Gn 19, 14)

 

 

 

De même, tous les Chrétiens de l’Eglise primitive de  Jérusalem ont été avertis du jugement qui allait tomber sur la nation juive à cause de leur désobéissance et de leur déicide. Ainsi, les disciples du Christ de l’Eglise de Jérusalem ont été tous sauvés de ce jugement car ils ont eu foi et ont obéi aux paroles du Christ qui leur disait : « Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche. Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem en sortent, et que ceux qui seront dans les champs n’entrent pas dans la ville. Car ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit. » (Luc 21, 20-22).

 

C'est donc grâce à sa vigilance aux signes annoncés par le Christ et grâce aux avertissements des prophètes que l'Église du temps des Apôtres a pu échapper à cette grande catastrophe comme nous le retransmet Eusèbe de Césarée (265-340) dans son Histoire Ecclésiastique : « L’Église de Jérusalem reçut, grâce à une prophétie, l'avertissement de quitter la ville avant la guerre et d'aller habiter une certaine ville de Pérée que l'on nomme Pella. C'est là que se retirèrent les fidèles du Christ sortis de Jérusalem. Ainsi, la métropole des Juifs et tout le pays de la Judée furent entièrement abandonnés par les Chrétiens. »

 

De même que le Christ a donné des instructions de vigilance pour l’Eglise de Jérusalem du temps des Apôtres afin d’échapper à ce  jugement, de même le fait-Il pour l’Eglise de la fin des temps afin qu’elle soit préservée du jugement qui vient sur le monde ! Car « LE SEIGNEUR DIEU ne fait rien sans révéler son secret à ses serviteurs les prophètes.» (Amos 3, 7). Dieu est fidèle, Il prévient TOUJOURS par ses prophètes des jugements à venir.

 

Ainsi, par les nombreux messagers de Dieu et principalement par Notre Dame lors de ses apparitions, nous sommes également avertis du jugement qui vient, de la destruction qui doit s’abattre sur le monde et de la seconde venue du Christ !

 

Il semble donc très évident que notre Seigneur a voulu prévenir tout d’abord Son Eglise, les membres du Corps Mystique du Christ, en nous révélant son secret par cette âme privilégiée qu’est la Sœur de la Nativité et bien d’autres messagers c’est évident. Et ensuite, par eux, prévenir les Chrétiens « endormis » et le monde de l’approche du jugement de la fin des derniers temps et de Son Second Avènement, afin que tout le peuple chrétien de cette fin des temps, aujourd’hui bien dégénéré comme le fut pareillement le peuple Juif lors de son premier avènement, se réveille, reprenne santé et vigueur, et par une vie évangélique authentique, puisse se préparer à recevoir son Sauveur et Juge, non dans l’appréhension d’un jugement personnel, mais dans la joie et l’espérance radieuse de son infinie miséricorde.

 

 « Je viens bientôt. Tiens ferme ce que tu as, pour que nul ne te prenne ta couronne… Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie… » (Ap 3, 11  & 22, 7)  

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

RÉVÉLATIONS DE NOTRE SEIGNEUR 

À SŒUR DE LA NATIVITÉ

 

 

Les prÉparatifs DU JOUR DU SEIGNEUR 


 

Une nuit qu’en dormant je me figurais être sur une montagne ou je venais d’arriver en fuyant encore le monstre, je remarquai d’abord un beau ciel et bien étoilé ; mais bientôt après j’aperçus des signes épouvantables du côté de l’Occident, je vis un espace immense parsemé de civières, de cercueils, de têtes et d’os de morts, de chandeliers, de sentences funèbres ; en un mot, tout cet espace était comme un grand drap mortuaire.

 

Du côté du midi parut l’archange saint Michel couvert d’une armure formidable ; un glaive étincelant dans la main droite, il tenait de l’autre d’énormes balances qu’il laissait descendre vers la terre, et je compris que c’était l’appareil et les préparatifs du jugement dont les temps approchent ». (T. 1, pp. 313-314)

 

Je vais encore vous rapporter ce qui m’arriva dimanche dernier, à la même occasion. Jésus-Christ m’apparut en forme humaine et très sensiblement pendant mon action de grâce, après ma communion. Il était debout auprès de la Sainte Table : je le vis allonger son bras droit en me regardant fixement, comme pour me montrer quelque objet du bout du doigt. Je ne voyais point ce qu’il paraissait m’indiquer, et j’ignorais ce qu’il voulait par là me faire comprendre. Cependant il me regardait toujours et restait dans la même attitude… Seigneur, mon Dieu, que voulez-vous me dire ou me faire entendre, lui demandai-je ?… Je vous montre mon jugement qui approche, me répondit-il, et il disparut … (T, 1, p 355)

 

 

 

Notre-Seigneur lui fait connaître 

l’époque précise
de la fin des derniers temps 

 

Je me suis trouvée plus d’une fois, au moins en esprit, dans cette vaste campagne dont je vous ai déjà parlé.

 

Un jour que j’y étais seule, et avec Dieu seul, Jésus-Christ m’apparut, et, du sommet d’une colline, me montrant un beau soleil attaché à un point de l’horizon, il me dit d’un air triste : « La figure du monde passe, et le jour de mon dernier avènement approche. Quand le soleil est à son couchant, poursuivit-il, on dit que le jour s’en va et que la nuit vient… Tous les siècles sont un jour devant moi ; jugez donc de la durée que doit encore avoir le monde, par l’espace qui reste encore au soleil à parcourir

 

Je considérai attentivement, et je jugeai qu’il ne restait au plus qu’environ deux heures de hauteur au soleil. J’observai aussi que le cercle qu’il décrivait tenait un certain milieu entre les jours longs et les jours courts de l’année.

 

Voyant que Jésus-Christ ne me paraissait point opposé au désir qu’il me donna sans doute de lui faire des questions sur certaines circonstances de cette vision frappante, je me hasardai de lui demander si le jour dont il me parlait devait se compter d’un minuit à l’autre, ou du crépuscule du matin à celui du soir, ou bien du soleil levant au soleil couchant.

 

Sur cela il me répondit : Mon enfant, l’ouvrier ne travaille que durant que le soleil est sur l’horizon ; car la nuit met fin à tous les travaux. Malheur à celui qui travaille dans les ténèbres, et qui n’aura point profité de la lumière du soleil de justice qui s’était levé pour lui. C’est donc, ma fille, depuis le soleil levant jusqu’au couchant, qu’il faut mesurer la longueur du jour… N’oubliez pas, ajouta t-il, qu’il ne faut plus parler de mille ans pour le monde ;  il n’a plus que quelques siècles en petit nombre de durée. [ceci est dit en 1780]

 

Mais je vis dans sa volonté qu’il se réservait, à lui-même la connaissance précise de ce nombre, et je ne fus pas tentée de lui en demander davantage sur cet objet... (T, 1, pp. 311-313)

 

 

Sœur de la Nativité, choisie de Dieu dès son enfance pour avertir les pécheurs de l'approche de la fin des derniers temps, voit dans la lumière de Dieu dans quelle période arrivera le jugement des nations 

 

 

 « Je vous ai choisie dès votre enfance, et cela par égard pour les pécheurs, afin d'en arrêter la multitude qui tombe tous les jours en enfer. Il y en a qui s'étonneront de tout ce que je leur annonce, et des avertissements que je leur fais donner. Qu'ils ne s'en étonnent point ; voici encore un nouvel avertissement : le jugement général est proche, et Mon grand jour arrive. Je fais donner ces avertissements aux pécheurs afin qu'ils se convertissent, et c'est pour cette raison que je fais paraître ceci.

 

Je vous redis donc encore : Oui, le jugement approche ; Hélas ! Hélas ! Hélas ! Que de malheurs à son approche ! Que d'enfants périront avant de naître ! Que de jeunes gens de l'un et l'autre sexe seront écrasés par la mort au milieu de leur course ! Les enfants à la mamelle périront avec leur mère. Malheur alors aux mondains, malheur aux personnes de mauvaise vie, enfin malheur à tous les pécheurs qui vivront encore dans le péché sans en avoir fait pénitence ! »

 

[Note : N’avons-nous pas l’impression d’entendre les mêmes paroles que celles de Dieu adressées à Noé avant le jugement du Déluge ?! D’ailleurs Notre Seigneur ne dit-Il pas en parlant de Son Retour : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr…. Il en sera DE MÊME le jour où le Fils de l’homme paraîtra.  (Mt 17, 26,27, 30)]

 

Quand Notre Seigneur dit, continue Sœur de la Nativité, que le jugement est proche, c'est que tout est proche devant Dieu ; et quand il dit que son grand jour arrive, ce n'est pas qu'il arrive si brièvement ; mais voici ce que j'ai connu en Dieu sur le jugement. Je me trouvai en la présence de Dieu. J'entendis une voix tonnante qui disait :

  

Malheur, malheur, malheur au dernier siècle ! Je compris, par cette voix puissante, que ces malheurs étaient ceux qui arriveraient aux approches du jugement, et au jugement même. Je ne dis mot ; et comme le Seigneur m'a fait connaître que nul homme sur la terre ne saura positivement quel jour ni quelle année le fils de l'homme descendra sur la terre pour juger tous les hommes, je n'en demandai pas davantage.

 

Mais voici ce que Dieu voulut bien me faire voir dans sa lumière. Je commençai à regarder dans la lumière de Dieu le siècle qui doit commencer en 1800 ; je vis par cette lumière que le jugement n'y était pas, et que ce ne serait pas  le dernier siècle. Je considérai, à la faveur de cette même lumière, le siècle de 1900, jusque vers la fin, pour voir positivement si ce serait le dernier. Notre Seigneur me fit connaître, et en même temps me mit en doute si ce serait à la fin du siècle de 1900, ou dans celui de 2000. Mais ce que j'ai vu, c'est que si le jugement arrive dans le siècle de 1900, il ne viendra que vers la fin ; et que s'il passe ce siècle [de 1900], celui de 2000 ne passera pas sans que le jugement arrive, ainsi que je l'ai vu dans la lumière de Dieu. (T. 4, pp. 125-126)

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

 

En conséquence, selon les révélations du Christ

 

à Sœur de la Nativité :

 

 

Puisque nous avons dépassé la fin du siècle 1900

 

et que le jugement n’est pas venu,

 

 le siècle de 2000 est le dernier siècle.

Ce siècle ne passera donc pas sans que

 

le jugement  n’arrive !

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

 

 

De ce fait, le jugement devrait venir dans notre siècle de 2000 avec comme ultime limite 2100. Cependant, cette date ultime de 2100 paraît très improbable. Voici pourquoi.

 

Premièrement :

Souvenons-nous que le Christ, parlant de sa mort et de sa résurrection à ses disciples, disait :

 

« Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour être bafoué, flagellé et mis en croix ; et le troisième jour, il ressuscitera. » (Matthieu 20, 18-19)

 

Or, en ce qui concerne ces TROIS JOURS, seulement deux jours ont été pleinement accomplis, mais pour ce qui est du troisième jour, celui-ci ne fut pas complètement accompli comme il est écrit : 

 

« Le premier jour de la semaine [donc le dimanche pour nous], elles [Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé] se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever… l’ange leur dit : N’ayez pas peur ; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié ; il est ressuscité… Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine… [donc le matin du troisième jour] » (Cf. Marc 16, 1-9)

 

 

 

Tous les évangiles indiquent la période précise

 

de ce troisième jour :

 

À L’AUBE DU TROISIÈME JOUR,

 

DE GRAND MATIN,

 

LE SOLEIL VENAIT DE SE LEVER…

 

 

 

Faisons une première conclusion provisoire en rapport avec la période précise de la résurrection de Notre Seigneur et de la vision du soleil qu’a eue Sœur de la Nativité dévoilant la période précise du dernier siècle (donc comme nous l’avons vu, le siècle de 2000) où aura lieu le jugement des nations et l’Avènement du Christ :

 

Le Christ ressuscite à l’aube du troisième jour, de grand matin, au levé du soleil ; Sœur de la Nativité voit dans la vision du soleil le DERNIER SIÈCLE où aura lieu le jugement des nations et l’Avènement du Christ et nous savons qu’il s’agit du siècle 2000, celui dont Jésus-Christ a dit à la Sœur : « Malheur, malheur, malheur au dernier siècle ! Je compris, par cette voix puissante, que ces malheurs étaient ceux qui arriveraient aux approches du jugement, et au jugement même. »

 

Ainsi donc, ne pouvons-nous pas concevoir que ces malheurs « aux approches du jugement, et au jugement même » pourraient s’accomplir À L’AUBE du dernier siècle c’est-à-dire dans les toutes premières décades de l’an 2000 ?

 

Deuxièmement :

 

Voici également pourquoi cette ultime limite de 2100 paraît très improbable :

 

Dans la vision du soleil, la Sœur de la Nativité a vu que le jour n’avait plus que deux heures environ de durée c’est-à-dire deux siècles pour le monde. Environ, dit-elle, cela peut à juste titre se traduire par PLUS ou MOINS. Ce pourrait donc être MOINS de deux siècles, et dans ce cas, ce serait à la fin de 1900. Or, nous savons comme nous l’avons vu plus haut que le jugement n’est pas arrivé dans la fin de ce siècle de 1900 puisque nous en sommes les témoins. Ce pourrait donc être PLUS de deux siècles, disons deux siècles et demi (250 années), mais non trois siècles entiers puisque que ce sera  À L’AUBE du dernier siècle qui est celui du XXIe siècle. Et comme elle a eu cette vision vers 1780, ce qui nous mènerait à 1780 + 250, soit 2030.

 

Ne pouvons-nous pas en conclure que ce sera environ ou approximativement aux alentours, à l’aube de la première moitié du siècle 2000, c’est-à-dire entre l’an 2000 et l’an 2050… Mais nous allons bientôt le constater, la date limite de l’an 2050 paraît elle aussi peu probable et TROP lointaine !

 

Comme nous venons de le voir, elle a eu cette vision vers l’an 1780 + 250 années (le jour n’avait plus que deux heures environ de durée) et nous arrivons à l’an 2030. He bien, même cette date limite de 2030 paraît elle aussi encore trop lointaine avec les indications célestes que nous connaissons et que nous allons examiner dans la deuxième partie qui paraîtra prochainement. 

 

En effet, il existe une autre relation mystérieuse, en plus de celle du temps de la résurrection du Christ, c’est celle concernant la Prophétie des Papes ! Car cet étonnant accord entre ces deux grandes prophéties quant à l’époque précise du jugement des nations (LE JOUR DU SEIGNEUR) et du Retour du Christ est vraiment remarquable et est, en tout, en faveur de leur vérité. 

 

Nous le verrons dans la deuxième partie, tout esprit droit et sincère reconnaîtra cette surprenante concordance et en tirera les conclusions qui s’imposent car la fin des temps, le jugement des nations et le Retour du Seigneur en Gloire et Majesté sont plus proches que nous le pensons !

 

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

Deuxième partie à paraître prochainement

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

 ACCUEIL / BUT DE CE SITE / ARTICLES 

 

LIVRES CONTACT / VIDEOS

 

 

 

 



24/11/2019
41 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 830 autres membres