VIE NOUVELLE

VIE NOUVELLE

Si tu veux aller loin : 2. Ton conflit intérieur

 

 

2. TON CONFLIT INTERIEUR  

  ou
Le paradoxe des deux natures

 

paradoxe 8.JPG

 

 

Le Nouveau Testament enseigne très clairement que l'enfant de Dieu a, pour ainsi dire, deux personnalités ou deux natures. En étudiant les épîtres de Paul, nous sommes conscients de la difficulté qu'il avait à trouver des mots pour exprimer ces choses. C'était la première fois dans l'histoire du monde qu'on en parlait. Sous l'inspiration de l'Esprit de Dieu, il a finalement choisi certains mots très courants mais en leur donnant une signification céleste et spirituelle. Dans ce court chapitre nous ne pouvons pas approfondir ces vérités merveilleuses, mais j'espère au moins les clarifier.


Saul et Paul.

Avant de lire la suite, il serait bon que tu lises très attentivement Romains 7:14-25, pour mieux saisir cette explication. Paul dit au v.15 : "Je ne sais pas ce que je fais: je ne fais pas ce que je veux, je fais ce que je hais", il y a en quelque sorte deux Paul. Rappelons-nous qu'avant sa conversion, Paul s'appelait Saul. Nous pourrions relire tout ce passage en faisant la distinction entre Saul et Paul, entre l'ancien Saul, l'homme naturel avant sa conversion, et le nouveau Paul, l'enfant de Dieu qui a rencontré le Christ sur la route de Damas. Ces deux personnalités se retrouvent liées dans le même homme. Paul dit : "Je...je..." mais il pense tantôt à Saul et tantôt à Paul. Il faudrait donc relire ce passage de la façon suivante: "Je (Saul) ne fais pas ce que je (Paul) veux, mais je (Saul) fais ce que je (Paul) hais. Or si je (Saul) fais ce que je (Paul) ne veux pas, je (Paul) reconnais par là que la loi est bonne; et maintenant ce n'est plus moi (Paul) qui le fais mais c'est le péché qui habite en moi (Saul). Et au verset 20: " Si je (Saul) fais ce que je (Paul) ne veux pas, ce n'est plus moi (Paul) qui le fais, c'est le péché qui habite en moi (Saul)". Verset 21 : "Je trouve donc en moi cette loi (ou ce principe) : quand je (Paul) veux faire le bien, le mal est attaché à moi (Saul) ; car je prends plaisir à la loi de Dieu selon l'homme intérieur (Paul), mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement et qui me rend (Saul) captif de la loi (ou de l'autorité) du péché qui est dans mes membres." Et puis il s'écrie au v.24 : "Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps (ou mieux traduit, de la force ou de la réalité) de cette mort ?" Mais Paul finit triomphalement : "Gloire soit rendue à Dieu ! C'est par Jésus-Christ notre Seigneur que je suis délivré... C'est là le sens de ce passage.

Ainsi donc l'apôtre Paul reconnaissait en lui le conflit de deux personnalités : l'ancienne, hostile à la loi de Dieu, refusant de se soumettre à sa volonté; et la nouvelle, née de Dieu, toujours prête à faire la volonté de Dieu et vivre selon sa loi.

Et tous, nous faisons la même expérience. Après la nouvelle naissance, nous découvrons au-dedans de nous un terrible conflit. Nous avons, en effet, deux personnalités. L'ancienne ne s'est jamais souciée de Dieu et refuse à présent toute soumission à sa volonté. La Bible dit qu'elle est incurablement mauvaise et tortueuse par-dessus tout (Jérémie 17:9). Le Nouveau Testament affirme que cette ancienne nature est irrécupérable; elle ne peut être ni améliorée ni réformée. Alors que toutes les religions, toutes les philosophies essaient d'améliorer cette ancienne nature, Dieu refuse d'en tenir compte. Il veut tout recommencer, créer une toute nouvelle vie et refaire ta personnalité.


L'analogie de la semence et de la terre.

La nature nous donne beaucoup d'analogies. La terre en elle-même est morte et ne peut produire la vie. Elle dépend de la semence qu'on y jette. Mais la semence, en germant, transforme la terre morte en une plante vivante. Un rosier, un chêne sont composés de terre, de terre morte, que le principe de vie a saisie et intégrée dans un organisme vivant. Si l'arbre est composé de terre, ce n'est pas la terre qui a fait l'arbre, c'est la vie qui a transformé la terre en arbre.

Dieu nous dit que notre ancienne nature est incapable de faire ou même de désirer la volonté de Dieu. Dans notre âme morte, Dieu jette la semence de vie, c'est-à-dire la Parole de Dieu. Animée de l'Esprit de Dieu, celle-ci saisit les éléments de notre ancienne personnalité pour les transformer en une nouvelle personnalité à l'image du Christ. C'est cela le miracle de la nouvelle naissance.

Ainsi donc tu portes en toi deux personnalités. Tu es Saul mais aussi Paul. Jamais tu ne pourras changer la nature de Saul, jamais tu ne pourras en faire quelque chose de valable pour Dieu. Par contre, ta nouvelle personnalité désire à outrance faire la volonté de Dieu et ne saurait faire autre chose. Paul la décrit en ces termes saisissants : "C'est Christ qui vit en moi". Elle découle directement de Dieu. Dieu l'appelle son enfant. Or l'enfant ressemble à son Père. L'ancienne nature est toujours en révolte contre Dieu. Lorsque tu pèches, c'est ton ancienne nature qui pèche et non la nouvelle. Lorsque tu fais la volonté de Dieu, c'est ta nouvelle nature qui la fait et jamais l'ancienne. La nouvelle nature est incapable de pécher. Celui qui est né de Dieu, nous dit Jean, ne pèche pas et ne peut même pas pécher (1 Jean 3:9,10). Mais il nous dit aussi dans cette même épître que nous faisons de Dieu un menteur et nous nous séduisons nous-mêmes si nous prétendons être sans péché (1 Jean 1:8,10). Apparemment, Jean se contredit ; mais en fait ce n'est pas du tout le cas. Comme l'apôtre Paul, il constate l'existence de ce conflit chez le chrétien.

Les gens autour de nous ne comprennent rien de ces choses. D'ailleurs, il n'existe aucun vocabulaire dans le langage courant pour les décrire. L'homme n'a pas de langage céleste, disait un certain savant. Dieu a dû créer toute une terminologie pour nous communiquer les vérités insaisissables, c'est ce qu'il a fait dans la Bible.


La terminologie biblique.

Avant de terminer ce chapitre, il serait bon de noter les expressions utilisées dans le Nouveau Testament pour décrire les deux natures du croyant. L'ancienne nature est appelée "le vieil homme ", "le péché qui habite en moi", "le péché dans la chair", quelquefois, "le péché" tout court, quelquefois "la chair" tout court. Cette dernière expression est très courante dans les écrits de Paul; cependant il ne faut pas la confondre avec le mot "corps" pour lequel il existe en grec un mot différent. Selon Paul, le corps du croyant est le temple du Saint-Esprit ; mais, "la chair" est plutôt la racine du péché dans notre âme aussi bien que dans notre corps. Au retour du Christ, dans notre corps ressuscité, nous serons à jamais débarrassés du péché et de toutes ses racines.

La nouvelle nature porte de même plusieurs noms. Entre autres, on note "le nouvel homme", "l'homme intérieur", "la nature divine", "celui qui est né de Dieu", "le Christ qui vit en moi". Mais la plus courante, dans les écrits de Paul, c'est "l'esprit", écrit généralement dans nos Bibles avec un "e" minuscule. Cette distinction ne nous permet pas d'oublier le rapport étroit entre l'Esprit de Dieu et notre esprit régénéré. Ils sont organiquement liés, comme l'enfant et sa mère avant la naissance. Il y a dans quelques passages une sorte de divine confusion entre les deux. C'est pour cela que l'apôtre Paul dit: " Qui peut nous séparer de l'amour de Dieu ?" (Romains 8:35).


Ne pas confondre âme et esprit !

La philosophie grecque exaltait l'âme au-dessus de tout; mais, pour Dieu, l'âme de l'homme est morte, à moins qu'elle ne possède ce que la Bible appelle l'esprit. L'homme naturel, même dans ses meilleurs moments, fût-il le scientifique le plus génial, est incapable de comprendre les "choses de Dieu", puisque c'est spirituellement qu'on les discerne (1 Corinthiens 1:18-25). Il lui manque ce sens spirituel qui permet de connaître Dieu qui est lui-même esprit (Jean 4:23). Son âme est plafonnée par une barrière d'inconscience infranchissable.

Le mot "âme" (en hébreu néphesch, en grec psychê) signifie "souffle" tout comme le mot esprit (hébreu rouach, grec pneuma), mais Dieu les met en contraste au point de dire que l'intellectualisme sans l'amour est "charnel (psychikos) et diabolique" (Jacques 3:15). Alors que l'âme de l'enfant de Dieu est pénétrée, éclairée, transformée par son esprit régénéré.

Il y a donc une solution au problème de ton conflit, mais elle est miraculeuse. La nouvelle naissance est miraculeuse. Elle est le commencement de la vie éternelle et la vie éternelle est un miracle perpétuel.

 

 

http://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_2884354_201310171506344.jpg

 

 

3. TOI, LE TEMPLE DU SAINT-ESPRIT 

 

http://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_2911484_201310233705998.jpg

 

 

http://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

 

ACCUEIL / BUT DE CE SITE / ARTICLES 

LIVRES / CONTACT / VIDEOS

 



06/02/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 610 autres membres