Vie-Nouvelle

Vie-Nouvelle

Deuxième partie : 4ème chapitre

La troisième bête

 

deuxième bête.JPG

  Le faux christianisme et toutes les hérésies
apparues depuis la fondation de l'Eglise.

 

 

 

 

"Après cela, je regardais, et voici une autre bête semblable à un léopard ; elle avait sur son dos quatre ailes d'oiseau, et cette bête avait quatre têtes, et la domination lui fut donnée."

 

 

soulign.gif

 

La troisième Bête était semblable à un léopard ou à un tigre, dont le pelage offre quelque attrait par la disposition et la diversité des couleurs. Cette bête avait quatre ailes d'oiseaux et aussi quatre têtes. Elle était puissante.      

Cette troisième Bête (qui le croira), cette troisième Bête, cher lecteur, c'est le christianisme. Vous ne pouvez penser un seul instant que je parle du vrai christianisme. Non seulement celui-ci n'a aucune ressemblance avec les bêtes féroces, mais encore il transforme les bêtes féroces en hommes, et les pierres en fils d'Abraham. Je parle uniquement du faux christianisme. Voyons quel est le caractère propre de cette religion.

En premier lieu, le faux christianisme est, comme le léopard, bariolé. Pour des yeux superficiels, une telle diversité, une telle variété, peuvent paraître séduisantes. Ensuite, le faux christianisme a volé jusqu'aux quatre points cardinaux, s'étendant jusqu'au bout de la terre. 

 

C'est cette extension que représentent les quatre ailes d'oiseau du léopard. En troisième lieu, on voit au faux christianisme quatre têtes ; cela signifie que quatre éléments très différents se sont, sous cette fausse religion, associés pour déchiqueter, pour dévorer le vrai christianisme, et le convertir, si possible, en leur propre substance.

 
La première de ces têtes, c'est ce que nous appelons proprement hérésie ; nous devons comprendre là toutes les hérésies apparues depuis la fondation du christianisme.      

La seconde tête est le schisme, qui est un mal différent de l'hérésie. A cette tête appartient ce que chacun sait. Cela vous semble-t-il peu de chose ? Toute la Grèce, les Balkans, l'Asie Mineure, l'Arménie, la Géorgie, la Syrie, la Palestine, l'Egypte, en un mot tout ce qui s'appelait autrefois l'empire d'Orient, et, en plus de tout cela, une immense région vers le nord de l'Europe et de l'Asie. Ce schisme du christianisme,  telle est la seconde tête de la Bête.     

La troisième tête du faux christianisme est l'hypocrisie. Je lui donne ce nom équivoque, quoique juste, parce qu'il ne me paraît pas indiqué de lui donner son nom propre, mon intention étant non d'offenser ou d'exaspérer, mais de porter remède.     

Traitant ici de fausses religions, figurées par des Bêtes, il ne viendra à l'idée de personne que je fais allusion au vice de l'hypocrisie en général ; non, je songe à l'hypocrisie en matière religieuse ( Voir l'Apostasie PDF partie 5/7) , à cette déformation spéciale que l'apôtre a annoncée pour les temps derniers : « L'Esprit dit clairement que, dans les temps, certains abandonneront la foi pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines diaboliques, enseignées par d'hypocrites imposteurs qui ont la marque de la flétrissure dans leur propre conscience... » (1re épître à Timothée, IV, 1). Parlant ailleurs de cela, saint Paul dit encore : « Sache que, dans les derniers jours, viendront des temps difficiles. Il y aura des hommes... ayant l'apparence de la piété sans en avoir la réalité. » (2 Timothée. III, 1-6).    

Je n'ai donc pas l'intention de dire quels sont, ou quels seront, ces hommes couverts du pelage chrétien et cachés dans l'Église pour déchirer cet asile à leur profit. Il me suffit de montrer cette troisième tête, et d'y rendre attentifs les intelligents.  

Il reste à désigner la quatrième et dernière tête du faux christianisme. Quoiqu'elle soit la plus ancienne, et comme la mère commune des trois premières, elle est en même temps la moins connue et la moins redoutée sous sa figure souriante et son air doucereux.  

Ne vous fatiguez pas, lecteur, à chercher cette tête hors de la maison. Grâce à son apparence séduisante, elle a diverti, elle a enchanté de tout temps les fils d'Adam, elle a capturé et elle capturera encore bien des proies et causera des dommages sans nombre au vrai christianisme. Jetez un coup d'œil sur le monde chrétien, parcourez par la pensée tous ces pays qui se réclament du christianisme, que voyez-vous ? Vous voyez avec surprise une infinité d'abus dont vous serez épouvanté. Je ne parle pas des misères propres à notre boue, je parle seulement de choses aussi nombreuses que graves qui, bien que connues pour monnaies fausses, réprouvées, prohibées par l'Evangile, circulent librement néanmoins, comme si elles étaient sans importance, voire nécessaires.      

Ah ! lecteur, vous qui lisez l'Evangile, instruit que vous avez été de la doctrine des Apôtres, ne trouvez-vous pas que c'est une chose bien dure que le nom de chrétien soit donné à quelqu'un qui, pour peu qu'on le sonde, porte en lui les trois affections dont parle saint Jean : concupiscence des yeux, concupiscence de la chair et orgueil de la vie ? Pensez-vous que cela soit rare dans le monde catholique ? Pensez-vous que cette fausse monnaie ne circule pas, même dans le sacerdoce ?

 

Ne vous paraît-il pas chose fort dure d'avoir à donner le nom de chrétien à des personnes chez qui ne se rencontre qu'une foi médiocre, ou même pas de foi du tout, ou une foi si distraite, si endormie qu'elle ne produit rien de profitable, en dehors de telle pratique extérieure qu'emporte le vent ?

 

Ne vous paraît-il pas chose fort dure, enfin, de voir porter le nom de chrétien à celui qui, au lieu des fruits de l'Esprit, l'amour, la joie, la paix, la tolérance, la douceur, la bonté, la fidélité (Epitre aux Galates V, 22), produit plutôt les œuvres de la chair : « Elles sont manifestes, continue l'apôtre et docteur des peuples, ce sont : l'impudicité, l'impureté, le libertinage, l'idolâtrie, les maléfices, les inimitiés, les jalousies, les emportements, les disputes, les dissensions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les orgies, et autres choses semblables. » (Galates V, 19-21) !

Je ne trouve pas de nom plus propre à désigner cette quatrième tête du faux-christianisme que celui que nous venons de dire : concupiscence de la chair, concupiscence des yeux et orgueil de la vie.        

Il paraît certain que cette troisième Bête, avec ses quatre têtes, continuera à vivre en faisant chaque jour plus de mal, jusqu'à ce que le Seigneur vienne apporter le remède.

 

En effet, il est expressément dit dans l'Evangile, qu'aux serviteurs s'étant offerts pour arracher l'ivraie qui croissait avec le blé, il leur fut répondu : « Non, de crainte qu'en arrachant l'ivraie vous n'arrachiez aussi le blé ; laissez-les croître ensemble jusqu'à la moisson... » (S. Mati. XIII, 29). Et le Seigneur explique ce que nous devons entendre par l'ivraie : Ce sont les fils du Malin, comme le bon grain représente les fils du Royaume.

 

 

 

 

 

soulign.gif

 

La quatrième bête

fleche_d_mini.jpg

 

 

 

 

                                                                            Page précédente         Table des matières

                                                                            fleche_g_mini.jpg          fleche_g_mini.jpg

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

ACCUEIL / BUT DE CE SITE / ARTICLES 

 MES LIVRES / CONTACT / VIDEOS

 

 

 

 



17/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 749 autres membres