VIE NOUVELLE

VIE NOUVELLE

La Palestine ? Quelle Palestine ? Histoire vraie d'un mensonge bien orchestré

 

ISRAËL et le palestinianisme

 

Un peu d’histoire pour plus d’objectivité !

 

 

Le conflit n’est pas territorial, il est idéologique.

 

 

 

« Voici, je les rassemblerai  [les juifs] de tous les pays où je les ai chassés dans ma colère ... et je les ferai retourner en ce lieu [Israël] ; et je les ferai habiter en sécurité. » (Jérémie 32.37)

 

 

 

La Palestine ? Quelle Palestine ?
Histoire vraie d'un mensonge bien orchestré

 

 

 

La presse, tous les jours ou presque, nous parle de la Palestine, de ses territoires occupés par l'agresseur israélien et du droit au retour du peuple palestinien chassé par l'envahisseur.

 

Comme il y a longtemps que ça dure, nombreux sont ceux aujourd'hui qui sont persuadés que les Israéliens ont pris leur pays aux Palestiniens qu'ils ont chassés de chez eux !

 

La réalité historique est différente, Radicalement très différente.

 

L'histoire de la Palestine commence après la destruction du Temple de Jérusalem et la destruction d'une grande partie de la ville par les armées de Rome en l'an 70 après Jésus-Christ. De nombreux juifs sont emmenés en esclavage et de nombreux autres partent en exil. Le vainqueur donne un nouveau nom aux ex-royaumes de Juda et d'Israël : Palestine. Ce choix a été fait pour honorer la mémoire d'un vieil ennemi du peuple de Dieu : les Philistins.

 

Jusqu'au début du XXème siècle, le désert gagne du terrain siècle après siècle et, en dehors des rares villes qui ne sont que de grosses bourgades, seuls quelques petits groupes encore presque nomades "peuplent" la Palestine. Jusqu'à la création de l'Etat d'Israël, en fait jusqu'à ce que s’accomplisse une très vieille prophétie biblique, personne ne parle des Palestiniens pour une raison très simple : on ne parle pas de ce qui n'existe pas, on ne dit rien de ce qui n'est pas encore inventé.

 

Les témoignages sont nombreux, les preuves historiques ne manquent pas. Trois exemples incontestables, parmi tant d'autres :

 

En 1811, François René de Chateaubriand écrit dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem : Quand on voyage dans la Judée, d’abord un grand ennui saisit le cœur … passant de solitude en solitude, l’espace s’étend sans bornes devant vous … le désert parait encore muet de terreur, et l’on dirait qu’il n’a osé rompre le silence depuis qu’il a entendu la voix de l’Eternel.

 

En 1835, Alphonse de Lamartine restitue son long périple oriental dans les Souvenirs, Impressions, Pensées et Paysages pendant un voyage en Orient. Chacun pourra lire, entre autres, cette phrase qui en dit long : A l'extérieur des portes de Jérusalem, nous n'avons pas rencontré âme qui vive et nous n'avons entendu aucune voix humaine ...

 

En 1867, Mark Twain fait à peu près le même voyage et nous écrit dans Les promeneurs incrédules : On ne peut trouver les mots pour décrire la désolation qui règne ici. Même l'imagination la plus fructueuse ne pourrait la peupler de vie et d'animation. Nous sommes parvenus à Tabor et nous n'avons rencontré aucune âme qui vive sur notre chemin ...

 

Quittons la littérature prise à témoin un court instant pour nous intéresser maintenant à la politique du XXème siècle.

 

En 1917, la Palestine occupée par les Turcs passe sous contrôle anglais. La déclaration Balfour (2 novembre 1917) autorise la création d'un foyer national juif :

 

Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les juifs jouissent dans tout autre pays.

 

En 1922, les Anglais "oublient" leurs engagements et donnent plus des 3/4 du territoire (la Transjordanie) au roi Abdullah, qui en a fait le royaume de Jordanie. Il est catégoriquement interdit aux juifs de s'y installer. 

En 1947 : le 1/4 restant (plus exactement à peu près 23%) est partagé entre les arabes et les juifs. Les juifs obtiennent moins de la moitié de ce quart réduit à la portion congrue.

 

La Bible elle-même nous raconte la naissance du nouvel Etat d'Israël (14 mai 1948) :

 

« Qui a jamais entendu pareille chose? Qui a jamais vu rien de semblable? Un pays peut-il naître en un jour? Une nation est-elle enfantée d’un seul coup? A peine en travail, Sion a enfanté ses fils! »  (Isaïe 66.8).

 

De 1947 au 14 mai 1948, violentes opérations de guérilla pour massacrer si possible, ou au moins chasser, les juifs qui viennent le plus légalement du monde s'installer en Palestine.

 

En 1948 (du 15 mai au 24 février 1949 - armistice avec l'Egypte, au 23 mars 1949 - armistice avec le Liban, au 3 avril 1949 - armistice avec la Jordanie, et enfin au 20 juillet 1949 - armistice avec la Syrie), les nations arabes coalisées attaquent le nouvel Etat juif, qui vient de naître et n'a pas encore d'armée organisée, et se font écraser par la modeste milice armée d'Israël. C'est l'ordre arabe de jeter les cadavres juifs à la mer qui tombe à l'eau.

 

En 1949, Israël est admis à l'ONU, le 11 mai.

 

En 1967 (du 5 juin au 10 juin, guerre des 6 jours), les nations arabes coalisées attaquent encore une fois et ont droit à une nouvelle défaite cuisante. Israël vainqueur par K.O. au 1er round annexe la Judée, la Cisjordanie, Jérusalem-Est (la vieille ville) et une partie du Sinaï.

Les vaincus annoncent leur prochaine et terrible vengeance. Il est de plus en plus question de cause sacrée et de guerre sainte. Mais tous oublient qu'une cause sacrée quelle qu'elle soit doit avoir une base solide. Or la ville de Jérusalem n'est jamais mentionnée dans le Coran !

En 1973 (du 6 octobre au 11 novembre, guerre du Kippour), les nations arabes coalisées attaquent une fois de plus pendant la fête du Yom Kippour, une des fêtes les plus importantes du peuple juif et se font laminer une fois de plus !

 

Chez les agresseurs vaincus, les survivants honteux crient Vengeance ! Vengeance ! Vengeance ! La haine n'a plus de limite maintenant.

 

Pour les spécialistes militaires, il n'y a pas, par ailleurs et dans toute l'histoire de l'humanité, de défaites si cuisantes d'une armée géante vaincue plusieurs fois par une armée de poche ! Ce seul verset de la Bile (Josué 10,10) explique tout : « Et l’Eternel les mit en déroute devant Israël, qui leur infligea une grande défaite ... »

 

Dans un domaine différent, mais lié à ce sujet, la Bible nous dit aussi : « le désert et la terre aride se réjouiront ; le lieu stérile sera dans l’allégresse, et fleurira comme la rose » (Isaïe 35.1) et nous pouvons voir, année après année, le désert fleurir de plus en plus et Israël est aujourd'hui un des principaux exportateurs de fleurs et de fruits de la planète.       

Ce verset continue ainsi : « il fleurira abondamment, et il sera dans l’allégresse, oui, dans l’allégresse, et il exultera. La gloire du Liban lui sera donnée, la magnificence du Carmel et du Saron; ils verront la gloire de l’Eternel, la magnificence de notre Dieu » (Isaïe 35, 2) et ceux qui pensent que les choses se présentent mal doivent lire la suite : « Fortifiez les mains lassées, et affermissez les genoux qui chancellent. Dites à ceux qui ont le cœur timide, soyez forts, ne craignez pas ; voici votre Dieu, la vengeance vient, la rétribution de Dieu ! Lui-même viendra, et vous sauvera » (Isaïe 35, 3-4). Tout arrivera. Inéluctablement.

Revenons aux ennemis d'Israël. Les stratèges vaincus continuent à se pavaner en grand uniforme, à exhiber leurs innombrables médailles et à faire beaucoup de bruit ... Mais ayant réalisé que les milliards de dollars de matériel militaire ultra moderne ne servent à rien, ces ennemis ont engagé un autre combat avec d'autres armes et bien plus de succès (très provisoire et tout aussi voué à l'échec) :
la désinformation par médias complices interposés.

 

Ils oublient que : « l’Eternel aime les portes de Sion [Jérusalem] plus que toutes les demeures de Jacob » (Psaume 87, 2)

 

En attendant, chacun ou presque est persuadé que les Palestiniens sont de pauvres victimes des impérialistes juifs. Mais il n'y a pas, il n'y a jamais eu de peuple Palestinien et il n'y a jamais eu de nation ou d'Etat Palestinien ! Les Palestiniens sont des Arabes venus pour la plupart au XXème siècle, essentiellement du Liban, de la Syrie et par la Jordanie. Il n'y a ni langue, ni culture, ni littérature, ni quoi que ce soit de spécifiquement palestinien. A une sinistre exception près : les fous d'Allah qui se font exploser dans les villes d'Israël pour y massacrer des femmes et des enfants !

 

Une question en passant : pourquoi donc les responsables politiques et religieux qui envoient des "volontaires conditionnés" se suicider ainsi ne donnent-ils pas l'exemple ?

 

Le "droit au retour" des Palestiniens "chassés" est une vaste escroquerie intellectuelle.

 

Ceux qui sont partis ne sont pas partis chassés par l'armée d'Israël mais sur ordre des dirigeants Arabes qui leur promettaient un retour glorieux sur les ruines de l'Etat d'Israël qu'ils allaient anéantir !

Au printemps 1948, avant même la proclamation d’indépendance d'Israël, revenu sur SA Terre ancestrale, dont la mort était promise dans les plus grandes violences, plus de 100.000 Palestiniens, pour la plupart originaires des principaux centres urbains étaient partis. Un an plus tard, ils étaient près de 800.000 partis sur ordre non pas des dirigeants israéliens ou chassés par Tsahal (l'armée d'Israël, puissante aujourd'hui, mais presque symbolique en 1948) mais sur ordre de leurs propres dirigeants arabes ! Qui tous, sans aucune exception, annonçaient un bain de sang juif !

 

Chacun pourra vérifier que c'est le Haut Comité Arabe (HCA) qui incitait au départ, quand il ne l'ordonnait pas. Chacun pourra vérifier dans les archives du London Telegraph qu'un des leaders palestiniens de l'époque, Emile Ghoury, a accusé l'ensemble des pays arabes de cette catastrophe humanitaire et non pas Israël.

 

Chacun pourra constater qu'en 1949, Sir John Troutbeck, chef de l’Office britannique pour le Moyen-Orient au Caire, et pas particulièrement ami d'Israël était très surpris que les réfugiés "n'expriment aucune amertume envers les juifs mais qu'ils parlent avec la plus grande amertume des Egyptiens et des autres Etats arabes dont les dirigeants les ont persuadés de quitter leurs maisons alors que ce n’était pas nécessaire".

 

Les "territoires occupés" aussi sont une vaste escroquerie intellectuelle. Les Palestiniens n'ont aucun "droit" au sens juridique sur ces territoires ! En 1948, à l'occasion de la première guerre contre Israël, la Cisjordanie a été occupée illégalement par la Jordanie et la Bande de Gaza illégalement occupée par l'Egypte. Ces territoires "occupés" par Israël ont été pris à ses agresseurs en 1973. Qui ne disent rien. Les désinformateurs, par contre, parlent beaucoup. Mais chacun pourra vérifier objectivement qu'avant 1973, aucune souveraineté nationale et reconnue internationalement ne s'exerçait sur ces territoires !

 

Les stratèges vaincus qui continuent à faire beaucoup de bruit ont une autre idée de génie : ils envoient des héros de la cause ; lancer des attaques kamikazes contre les lâches qui ont commis le crime de les vaincre militairement après qu'ils les aient eux-mêmes attaqués alors qu'ils étaient dans leur droit !

 

Et quand des "martyrs" palestiniens se font exploser avec leurs ceintures d'explosifs en tuant et en blessant des dizaines de personnes innocentes dans les rues des villes d'Israël, ils sont, pour la presse, victimes du terrorisme juif  ... Et les juifs sont les méchants !

 

Celui qui douterait de ce qu'il lit ici devrait étudier l’Histoire et en 2 ou 3 heures de recherches objectives, il réalisera que tout ce qui est écrit ici est exact. Historiquement et incontestablement exact.

 

Et chacun pourra trouver des dizaines et des dizaines d'appels au meurtre de juifs sur des dizaines et des dizaines de sites palestiniens ou pro-palestiniens. Même les sites les plus officiels contiennent des appels à massacrer les juifs par tous les moyens possibles.  Il n'y a plus de juifs et Israël n'existe plus disent-ils.

 

Mais le monde entier, abruti par des médias à l'objectivité subjective, accuse toujours Israël !

 

Mais qui trouvera le moindre appel au meurtre sur un site israélien officiel ?

 

 

Demandez la paix de Jérusalem ; ceux qui t’aiment prospéreront. Que la paix soit dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! A cause de mes frères et de mes compagnons, je dirai, que la paix soit en toi ! A cause de la maison de l’Eternel, notre Dieu, je rechercherai ton bien. (Psaume 122, 6.9)

 

 

 

Le palestinianisme n’est nullement une identité nationale, mais bien un concept politique développé comme une part de l’agenda terroriste quand l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) fut formé en 1964. L’identité palestinienne signifie la lutte pour « libérer la Palestine des mains des sionistes », pas les accepter.

 

Le palestinianisme c’est une cause internationale qui soude
les arabes et les musulmans ensemble,
dans un projet global Djihadiste à travers le monde.
  

 

 

 

 


http://static.blog4ever.com/2009/10/361791/artfichier_361791_3064594_201311161334186.png

 

 

ACCUEIL / BUT DE CE SITE / ARTICLES 

LIVRES / CONTACT / VIDEOS

 

 

 

 

 



10/08/2016
36 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 610 autres membres