VIE NOUVELLE

VIE NOUVELLE

La libération de la puissance du péché


 

LA LIBÉRATION de la puissance

 

du pÉchÉ

 

 

 

 


 

 

 

Références bibliques : Epître de l’Apôtre Paul aux Romains

du chapitre 7, verset 15 au chapitre 8 verset 1 à 2

 

 

Ce qu'il faut savoir avant toute chose, c'est que la délivrance de la puissance du péché ne passe pas par l'exercice de la volonté.

Il est possible qu’une personne soit immédiatement libérée du péché dès le moment où elle croit au Seigneur. Cependant, ce n'est pas l'expérience généralement constatée parmi les croyants. Une fois qu’elles croient au Seigneur, beaucoup de personnes retombent dans le péché plutôt que d'en être libérées. Il est vrai qu'elles sont sauvées. Elles appartiennent au Seigneur et possèdent la vie éternelle. Cependant, elles sont encore embarrassées par le péché et incapables de servir le Seigneur comme elles le souhaiteraient.

 

C'est une expérience très douloureuse pour une personne que d’être continuellement tourmentée par le péché après avoir reçu le Seigneur. Une personne qui a été éclairée par Dieu possède une conscience sensible. Elle est devenue sensible au péché et possède une vie qui condamne le péché. Elle peut néanmoins être incommodée par le péché. Cela mène à beaucoup de frustration et même au découragement. C'est effectivement une expérience très douloureuse.

Beaucoup de chrétiens tentent de vaincre le péché. Certains croient qu'en faisant suffisamment d'efforts pour renoncer au péché, ils en seront finalement délivrés. Par conséquent, ils essayent de leur mieux de rejeter les tentations qui mènent au péché. Certains voient bien que le péché doit être vaincu et ils essaient donc continuellement de lutter contre lui dans l'espoir de le vaincre. D'autres pensent que le péché les a rendus captifs et qu'ils doivent s'efforcer de se libérer de cet esclavage. Toutefois, toutes ces pensées viennent de l'homme ; elles ne correspondent pas à la Parole ni à l'enseignement de Dieu. Aucune de ces méthodes ne peut mener à la victoire. La Parole de Dieu ne nous demande pas de lutter contre le péché par nos propres forces. Elle nous dit que nous devons être libérés du péché. Le péché est une puissance qui asservit l'homme. La façon de traiter cette puissance n'est pas de la détruire nous-mêmes, mais de permettre au Seigneur de nous en libérer. Nous avons le péché, et nous n'avons aucun moyen de nous en extraire. Le moyen du Seigneur n'est pas de vaincre le péché. Il nous sauve de la puissance du péché en nous en éloignant. Les nouveaux croyants doivent savoir dès le début comment être libérés du péché. Il n'y a pas besoin de suivre jusqu’au bout un chemin long et tortueux pour chercher la délivrance du péché. Nous pouvons emprunter le chemin de la liberté dès le début de notre vie chrétienne. Regardons ensemble comment traiter ce sujet selon l'enseignement de l'Apôtre Paul dans son épître aux Romains, chapitres 7 et 8. 

 

 


 

1

 

LE PÉCHÉ EST UNE LOI

 

Romains 7, 15-25 nous dit : « Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce n'est plus moi qui le fais, mais c'est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est à dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi : quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? ... Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur !... Ainsi donc, moi-même, je suis par l'entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. »

Dans les versets 15 à 20, Paul utilise continuellement les termes « veux » et «ne veux pas». L'accent est mis sur « vouloir » et « ne pas vouloir », « décider » et « ne pas décider ». Dans les versets 21 à 25, l'accent se trouve sur la loi. Ces deux éléments sont la clé de cette partie de l'Écriture.

Tout d'abord, nous devons comprendre le terme de « loi ». Une loi, c'est quelque chose qui ne change jamais, qui ne tolère aucune exception. Il y a de la puissance dans une loi. C'est une puissance naturelle et non pas artificielle. Toutes les lois possèdent une certaine puissance. Par exemple, la gravitation est une loi. Si vous jetez quelque chose en l'air, tôt ou tard cet objet retombera par terre. Vous n'avez pas besoin de tirer cet objet vers le bas avec vos mains ; la terre possède une force qui le tire spontanément. Si vous jetez une pierre en l'air, elle retombera. Si vous jetez un morceau de fer, il fera de même. Si vous jetez quelque chose en Chine, cela retombera. Si vous le faites dans d'autres pays, cela aura le même effet. Cela s'applique aujourd'hui, mais il en sera de même demain. Si rien ne le retient, un objet en l'air retombera par terre, indépendamment des conditions de temps et d'espace. Une loi ne change jamais, ne permet aucune exception. C'est une force naturelle qui ne requiert aucun effort humain pour s'exercer.

Romains 7 nous montre que Paul essayait d'être victorieux. Il essayait de se libérer du péché. Il voulait plaire à Dieu. Il ne voulait pas pécher ni tomber. Mais finalement, il a dû admettre que tous ses efforts étaient vains. Il a dit : « J'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. » Il ne voulait pas pécher, et pourtant il péchait. Il voulait faire le bien et marcher selon la loi de Dieu, et pourtant il n'y arrivait pas. En d'autres termes, ce qu'il voulait faire, il n'y arrivait pas, et ce qu'il résolvait de faire, il était incapable de l'accomplir. Paul faisait constamment des efforts, mais le résultat était toujours la défaite. Cela nous montre que le chemin de la victoire ne réside pas dans la volonté ni dans les résolutions humaines. Paul voulait et faisait continuellement de nouvelles résolutions, mais, invariablement, il tombait et péchait. De toute évidence, le vouloir est présent, mais le pouvoir de faire le bien n'est pas présent. Tout ce que l'homme peut faire, c'est faire des résolutions.

Le vouloir est présent, mais non le bien, parce que le péché est une loi. Après le verset 21, Paul nous montre qu'il a toujours été vaincu même après avoir fait de nombreuses résolutions. C'est parce que le péché est une loi. Cette loi du péché était présente en lui à chaque fois qu'il essayait de faire le bien. Il était soumis à la loi de Dieu dans son cœur, mais sa chair cédait à la loi du péché. À chaque fois qu'il essayait d'obéir à la loi de Dieu, une loi différente s'élevait dans ses membres, le soumettant à la loi du péché.

Paul était le premier dans la Bible à faire remarquer que le péché est une loi. C'est une découverte très importante ! Il est dommage que de nombreuses personnes qui sont pourtant chrétiennes depuis des années ne sachent toujours pas que le péché est une loi. Beaucoup de personnes savent que la gravitation est une loi et que la dilatation thermique en est une autre. Mais ils ne savent pas que le péché est une loi. Paul ne savait pas cela au début. Après être continuellement tombé dans le péché, non pas volontairement mais malgré lui, par une force puissante dans ses membres, Paul a découvert que le péché était une loi.

Nos échecs personnels nous montrent que lorsque les tentations viennent, nous essayons d'y résister. Mais nous ne parvenons jamais à tenir ferme dans cette résistance. Lorsque les tentations reviennent, nous essayons à nouveau d'y résister, pour finir à nouveau dans la défaite. Cette expérience se répète dix fois, cent fois, mille fois et toujours nous nous retrouvons vaincus. C'est l'histoire de nos échecs. Nous tombons continuellement. Ce n'est pas quelque chose qui arrive par hasard, c'est une loi. Si une personne commettait un seul péché dans sa vie, elle pourrait considérer qu'il s'agit d'un accident. Cependant, ceux qui ont péché cent ou mille fois diront que le péché est une loi ; c'est quelque chose qui les poursuit toujours.


 

 

 

2

 

LA VOLONTÉ DE L'HOMME EST INCAPABLE
DE VAINCRE LA LOI DU PÉCHÉ

 

Paul tombait parce qu'il exerçait sa volonté pour faire des résolutions. Après le verset 21, les yeux de Paul se sont ouverts. Il a vu que l'ennemi en question — le péché — était tout simplement une loi. Lorsqu'il a vu que le péché était une loi, il ne pouvait que soupirer et s’écrier : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? » Il se rendait bien compte qu'il lui était impossible de vaincre le péché par sa volonté

Qu'est-ce que la volonté ? C'est ce que l'homme veut, détermine et décide de faire. Ce sont les jugements et les opinions de l'homme. Une fois qu'un homme a décidé de faire quelque chose, il se met à l'accomplir. La volonté de l'homme peut produire beaucoup de choses. Il y a donc de la puissance dans la volonté.

Mais voilà justement oú demeure le problème. Lorsque la volonté va à l'encontre de la loi du péché, lequel prévaut ? La volonté prend en général le dessus au départ, mais en fin de compte, c'est toujours le péché qui l'emporte. Supposons que vous teniez dans votre main un livre qui pèse un kilo. La loi de la gravitation tire ce livre vers le bas tandis que vous essayez de votre mieux de le retenir. Mais l'action prolongée de la loi de la gravitation finira par l'emporter et le livre tombera par terre. Vous essayez de l'empêcher de tomber. Vous réussirez peut-être pendant une heure, mais au bout de deux heures vous commencerez à fatiguer, et au bout d'une heure de plus, votre main ne vous obéira plus. Finalement vous lâcherez le livre.

La gravitation ne se fatigue jamais, mais votre main se fatigue. La loi de la gravitation tire le livre constamment, chaque heure, chaque minute, chaque seconde. Votre main ne peut pas lutter indéfiniment contre la loi de la gravitation. Plus le temps passe, plus le livre semble lourd. En réalité, le livre n'est pas devenu plus lourd, mais la loi de la gravitation triomphe de la puissance de votre main, et vous avez l'impression que le livre devient de plus en plus lourd. Le même principe s'applique lorsque vous essayez de vaincre le péché par votre volonté. La volonté peut tenir ferme contre le péché pendant un certain temps. Mais la puissance du péché excède de loin celle de la volonté. Le péché est une loi ; il ne peut pas être détruit par la volonté de l'homme. Dès que la puissance de la volonté se relâche, la loi du péché prend le dessus. La volonté humaine ne peut durer indéfiniment, mais la loi du péché est toujours présente. Il se peut que la volonté l'emporte pendant un certain temps, mais finalement elle devra toujours céder à la puissance de la loi du péché.

Avant de voir que le péché est une loi, nous essayons toujours de le vaincre par notre volonté. Lorsque la tentation survient, nous serrons les dents et nous essayons de vaincre, pour finalement être vaincus par lui. Quand la tentation revient de nouveau, nous prenons une résolution plus ferme, parce que nous pensons que notre dernière défaite était due à une résolution trop faible. Nous nous disons que cette fois-ci nous ne tomberons pas, que nous triompherons. Mais le résultat est le même, nous tombons à nouveau. Nous ne voyons pas que vaincre le péché par la volonté est voué à l’échec.

Il est facile de voir que la colère est un péché. Lorsque quelqu'un dit quelque chose de méchant, vous vous sentez blessé et contrarié. S'il continue d'avoir des propos désagréables, vous tapez du poing sur la table, vous explosez, ou vous prononcez des paroles méchantes à votre tour. Après cela, vous ressentez peut-être qu'en tant que chrétien vous n'auriez pas dû vous mettre en colère et vous prenez la résolution de faire mieux la prochaine fois. Vous priez et croyez que Dieu vous a pardonné. Vous demandez pardon aux autres, et votre cœur est à nouveau rempli de joie. Vous pensez que plus jamais vous ne vous mettrez en colère. Mais peu de temps après, vous entendez encore des propos désagréables et vous êtes à nouveau contrarié. Quand ces paroles reviennent une seconde fois, vous commencez à murmurer au-dedans de vous. Au bout de la troisième fois, la colère explose. Après, vous vous rendez compte que vous aviez tort et vous demandez à nouveau pardon au Seigneur, en Lui promettant de ne plus jamais vous mettre en colère. Mais la même chose survient dès que les mêmes circonstances se reproduisent ; après peu de temps vous vous mettez à nouveau en colère. Vous exercez votre volonté encore et encore, pour toujours retomber. Cela prouve que le péché n'est pas une erreur accidentelle ; ce n'est pas quelque chose qui n'arrive qu'une seule fois. C'est quelque chose qui arrive continuellement, quelque chose qui vous hante toute votre vie. Ceux qui mentent continuent de mentir, et ceux qui se mettent en colère continuent de se mettre en colère. C'est une loi ; aucune puissance humaine ne peut la vaincre. Paul ne connaissait pas cela au départ, et il exerçait sa volonté continuellement mais sans succès. Il est impossible à l'homme de vaincre la loi du péché par sa volonté.

Une fois que le Seigneur vous a manifesté Sa grâce et que vous avez vu que le péché était une loi, vous n'êtes pas loin de la victoire. Si vous continuez à penser que pécher est un acte occasionnel et que l'on peut remporter la victoire avec plus de prières et en luttant avec plus d'ardeur contre les tentations, vous êtes loin de la victoire. L'histoire de Paul nous montre que le péché est une loi. La puissance du péché est très grande ; notre propre puissance est petite. La puissance du péché domine toujours et notre puissance est toujours dominée. Dès que Paul s'est rendu compte que le péché était une loi, il savait très bien qu'aucune de ses méthodes ne pouvait réussir. Sa détermination était inutile, il ne pourrait jamais vaincre la loi du péché par sa volonté. C'était une grande découverte, une merveilleuse révélation pour lui.

Paul a vu qu'un homme ne peut pas expérimenter la délivrance par l'exercice de sa volonté. Tant qu'un homme se confie dans le pouvoir de sa volonté, il ne se tournera pas vers le moyen que Dieu a prévu pour la délivrance. Le jour viendra oú vous vous prosternerez devant Dieu et oú vous reconnaîtrez que vous ne pouvez rien faire et oú vous n'essayerez plus de faire quoi que ce soit. Ce jour là, vous trouverez la délivrance. Ce n'est qu'alors que vous comprendrez Romains 8. Frères et sœurs, ne négligez pas l'enseignement de Romains 7. Nous devons d'abord avoir compris le contenu du chapitre sept avant de pouvoir expérimenter le chapitre huit. La question n'est pas de savoir si vous avez compris l'enseignement de Romains 8, mais plutôt si vous avez réussi à émerger de Romains 7. Beaucoup se sont perdus dans Romains 7 ; ils essayent encore de traiter le péché par leur propre volonté. Le résultat en est la défaite. Si vous n'avez pas vu que le péché est une loi et que votre volonté ne peut jamais vaincre cette loi, vous être emprisonné dans Romains 7 ; vous n'arriverez jamais à Romains 8. Nos frères et sœurs récemment convertis doivent accepter la Parole de Dieu telle qu'elle est. Si vous essayez de trouver votre propre chemin, vous n'arriverez qu'au péché. Vous pécherez encore et encore et vos yeux resteront voilés. Vous resterez dans votre aveuglement. Il faut que vos yeux s'ouvrent pour voir que toute votre volonté et toutes vos luttes sont vaines.

Puisque le péché est une loi et que la volonté ne peut pas vaincre cette loi, quel est le chemin de la victoire ?

 

 


 

3

LA LOI DE L'ESPRIT DE VIE
NOUS DÉLIVRE DE LA LOI DU PÉCHÉ

 

Romains 8, 1-2 nous dit : « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. » Le chemin de la victoire est d'être libéré de la loi du péché et de la mort. Ce verset ne dit pas : « L'Esprit de vie m'a affranchi du péché et de la mort. » (J'ai bien peur que beaucoup de chrétiens le lisent de cette manière.) Non, ce verset nous dit : « La loi de l'Esprit de vie m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. » Beaucoup de chrétiens pensent que l'Esprit de vie ne les libère que du péché et de la mort. Ils ne voient pas que la loi de l'Esprit de vie les libère de la loi du péché et de la mort. Certains chrétiens mettent des années à se rendre compte que le péché et la mort sont une loi en eux et que le Saint-Esprit est une autre loi en eux. Quand le Seigneur ouvrira leurs yeux, ils verront que le péché et la mort sont une loi, et que l'Esprit Saint en est également une. Réaliser que le Saint-Esprit est une loi constitue une découverte merveilleuse. Quand nous réalisons que l'Esprit vivifiant est une loi, nous sauterons en l'air et nous crierons : « Merci Seigneur, Alléluia ! » La volonté de l'homme ne peut pas vaincre la loi du péché, mais la loi de l'Esprit de vie nous a libérés de la loi du péché et de la mort. Seule la loi de l'Esprit de vie peut libérer l'homme de celle du péché.

Une fois que nous aurons vu que le péché est une loi, nous n'essayerons plus de faire des choses par notre volonté. Quand le Seigneur nous fait la grâce de voir que le Saint-Esprit est une loi, nous expérimentons un grand changement. Beaucoup de personnes voient seulement que l'Esprit nous donne la vie. Elles ne voient pas que le Saint-Esprit est une nouvelle loi en nous et que nous pouvons être libérés de façon spontanée de la loi du péché et de la mort si nous nous confions dans cette loi. Aucun effort n'intervient pour que cette loi nous délivre de l'autre. Nous n'avons pas besoin de vouloir, de faire quelque chose, ni même de nous accrocher à l'Esprit Saint. Nous n'avons pas besoin de faire quoi que ce soit quand l'Esprit du Seigneur est en nous. Ceux qui craignent que l'Esprit du Seigneur ne puisse pas agir en eux s’ils ne s’efforcent pas de L’appeler au secours dans les moments de tentation, n’ont pas encore vu que l'Esprit est une loi en eux. Puissions-nous voir que le Saint-Esprit est une loi spontanée en nous ! Le chemin de la délivrance du péché ne passe pas par l'exercice de la volonté. Si nous exerçons notre volonté, nous n'arriverons qu'à la défaite. Dieu nous a donné une autre loi qui nous libère spontanément de la loi du péché et de la mort. Le problème d'une loi ne peut être résolu que par une autre loi.

Il n'y a pas besoin de faire intervenir la volonté pour surmonter une loi par une autre loi. Nous avons dit tout à l'heure que la gravitation était une loi. Elle tire tout objet vers la terre. Mais l'hélium est un gaz qui est moins dense que l'air. Si vous en remplissez un ballon, le ballon montera en l'air. Il montera spontanément, sans qu’il y ait besoin d’utiliser un ventilateur pour le faire monter, ni de le soutenir par une force quelconque. Dès que nous lâchons le ballon, il s'élève. Le fait que le ballon s'élève est une loi, et nous n'avons rien à faire pour qu'elle fonctionne. De la même façon, aucun effort n'intervient quand nous traitons la loi du péché et de la mort par la loi de l'Esprit de vie.

Supposez que quelqu'un vous gronde ou vous frappe sans cause. Vous pouvez surmonter la situation sans même vous rendre compte de ce qui s'est passé. Lorsque tout sera terminé, vous vous demanderez peut-être comment il se fait que vous ne vous soyez pas mis en colère quand on vous a grondé. En temps normal vous auriez été très contrarié par ce qui s’est passé. Mais, aussi incroyable que cela paraisse, vous avez surmonté la situation sans même vous en rendre compte ! En effet, toutes les victoires sont des victoires inconscientes parce que c’est la loi de l'Esprit Saint qui opère en nous et nous soutient, et non notre propre volonté. Cette sorte de victoire spontanée est une réelle victoire. Une fois que vous avez expérimenté cela, vous vous rendrez compte que l'Esprit peut vous garder du péché ; vous n'avez pas besoin de votre volonté pour ne pas pécher. C'est le Saint-Esprit qui demeure en vous qui vous permet de vaincre ; vous n'avez pas besoin de vouloir vaincre. Puisque cette loi demeure en vous, vous êtes délivrés de la loi du péché et de la mort. Vous êtes en Christ Jésus et la loi de l'Esprit de vie est en vous. Spontanément, vous êtes libre. Tant que vous ne vous reposez pas sur votre propre volonté et sur vos efforts, le Saint-Esprit vous conduira à la victoire.

Ainsi, la victoire sur le péché n'a rien à voir avec nos efforts. Nous n’avons pas eu recours à notre volonté lorsque la loi du péché nous a fait pécher. De la même manière, nous n'avons besoin de fournir aucun effort pour que la loi du Saint-Esprit nous libère du péché. La victoire authentique est celle qui ne demande aucun effort de notre part. Nous n'avons rien à faire. Nous pouvons lever les yeux vers le Seigneur et dire : « Tout va bien. » Toutes nos défaites d'hier étaient le résultat d'une loi, et les victoires d'aujourd'hui sont également le résultat d'une loi. La première loi était très puissante, mais la seconde est bien plus puissante. La première loi était en effet puissante puisqu'elle réussissait à nous mener au péché, mais la seconde est bien plus absolue, car elle nous délivre de la condamnation. Quand la loi de l'Esprit de vie est exprimée au travers de nous, sa puissance est bien plus grande que la loi du péché et de la mort.

Si nous voyons cela, nous serons réellement libérés du péché. La Bible ne nous dit pas que nous pouvons vaincre le péché par notre volonté. Elle nous parle uniquement de la libération du péché : « La loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. » La loi de l'Esprit vivifiant nous a arrachés du domaine de la loi du péché et de la mort. La loi du péché et de la mort est encore présente, mais celui en qui elle agissait jusqu’alors n'est plus là.

Tout chrétien devrait être parfaitement au clair sur le moyen de la délivrance. D'abord, nous devons voir que le péché est une loi en nous. Si nous ne voyons pas cela, nous ne pouvons pas continuer. Ensuite, nous devons voir que nous ne pouvons pas surmonter cette loi du péché et de la mort. Enfin, nous devons voir que le Saint-Esprit est une loi, et que cette loi nous délivre de celle du péché.

Plus un nouveau converti s'apercevra tôt de ce moyen d'être délivré, mieux ce sera. Il est inutile d'attendre de nombreuses années avant de voir ce chemin. Il est inutile de souffrir de nombreuses difficultés avant d'expérimenter la liberté. Beaucoup de frères et sœurs ont perdu leur temps inutilement ; ils ont versé beaucoup de larmes de défaite. Si vous voulez vivre moins de douleur et de larmes, vous devez réaliser dès le départ que le chemin de la délivrance réside dans ces mots : « La loi de l'Esprit de vie m'a affranchi en Jésus-Christ. » Cette loi est si parfaite et si puissante qu'elle vous sauvera complètement ; il n'y aucun besoin de faire quoi que ce soit pour l'aider. Cette loi vous libère du péché complètement, vous sanctifie entièrement et vous remplit de vie spontanément.

Frères et sœurs, ne pensez pas que le Saint-Esprit qui est en nous n'exprime Sa vie à travers nous qu'occasionnellement. Si nous pensons cela, cela prouve que nous ne connaissons que l'Esprit et ne connaissons pas la loi de l'Esprit. La loi de l'Esprit exprime sa vie continuellement. Elle demeure inchangée à tout moment et en tout lieu. Nous n'avons pas besoin de demander à cette loi de se comporter de telle ou telle façon, elle se comporte ainsi sans nos directives. Une fois que le Seigneur nous a ouvert les yeux, nous verrons que le trésor en nous n'est pas seulement le Saint-Esprit, ni même une vie, mais également une loi. Ensuite nous serons libérés et le problème du péché sera résolu.

Puisse Dieu nous ouvrir les yeux pour nous permettre de voir le chemin de la délivrance ! Qu'Il nous ouvre les yeux pour que nous voyions ce secret qui mène à la victoire, et que nous entamions avec joie ce droit chemin !

 

 

 



06/05/2013
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 628 autres membres