VIE NOUVELLE

VIE NOUVELLE

Intro de l'article "Le Retour des juifs à Jérusalem & en terre d'Israël dans nos temps modernes : signe formel de la fin des temps"

 

 

       "... Et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu'à ce que le temps des nations soit accompli" (Lc XXI, 24). Ce verset prophétique de Notre-Seigneur Jésus-Christ signifie, au sens littéral, que lorsque Jérusalem ne sera plus aux mains des nations, mais au contraire reviendra sous contrôle juif, alors, cela signifiera que le temps des nations est accompli, autrement dit que la période de la fin des temps, de tous les temps historiques, est advenue pour l'humanité, et que le Retour en Gloire du Christ n'est pas loin (en passant hélas par la préface ténébreuse du règne de l'Antéchrist-personne).

 

        Mais certains ne sont pas d'accord avec cette lecture, surtout les scolastiques catholiques (qui sont loin de l'être sur cela). Ils invoquent une soi-disant "tradition commune de l'Église" partagée par la grande majorité des Pères, des théologiens, des papes, etc., qui ne donnerait qu'un sens exclusivement spirituel à cette prophétie de Jésus. Pour eux, elle signifierait seulement et exclusivement la Conversion des juifs à la fin des temps. Notre-Seigneur n'aurait soi-disant pas du tout entendu prophétiser, dans cette prophétie aux termes premiers et obvies pourtant incontestablement matériels, le Retour physique et géographique des juifs à Jérusalem, en y attachant une signification de fin des temps (certains fanatiques sectaires, de tendance extrême-droite antisémite, vont même, à la manière nazie, dans un contre-sens absolu de la Prophétie de Notre-Seigneur, jusqu'à connoter ce Retour juif moderne à Jérusalem et en terre d'Israël comme un signe eschatologique du... diable, une sorte de "tête de pont" pour faire advenir le règne de l'Autre, de l'Antéchrist...!!).

 

        Or, cette thèse spiritualiste antisémite, néo-pharisaïque en ce qu'elle exclut formellement tout sens littéral à la Prophétie, ne voulant lui donner que le sens spirituel à la manière des antiques pharisiens (= "Ils ont des yeux et ne voient point"), est radicalement fausse, erronée, sectaire, intégriste, obscurantiste, et même hérétique. Pour au moins deux raisons majeures, l'une exégétique, l'autre théologique, dont une seule suffirait à la dirimer radicalement, in radice.

 

        Avant que de les dire, ces deux raisons, il m'importe de bien préciser que l'Église, lorsqu'elle a interprété cette Prophétie dans le sens spirituel, N'A JAMAIS ENTENDU EN NIER LE SENS LITTÉRAL EN MÊME TEMPS, par le seul fait de prêcher le sens spirituel, comme se l'imaginent faussement nos objecteurs intégristes. L'Église en effet, dans son Magistère infaillible, s'est simplement contentée de donner à cette Prophétie le sens spirituel qui lui est propre, qu'elle connaît bien, puisqu'elle est l'Israël du salut spirituel, tout en gardant le silence le plus total sur le sens littéral dont elle ne s'est tout simplement pas occupée, c'est-à-dire sans aucune connotation négative à son endroit, il s'en faut. La nuance est bien sûr capitale, et ne sera évidemment pas saisie par les esprits antisémites, sectaires primaires, obscurantistes, intégristes, fanatiques, brouillons, pressés, qui, hélas, sur cette question, remplissent les rangs compacts des scolastiques, autant de notre temps que des siècles passés d'ailleurs, je le dis à ma grande honte de catholique... Le silence humble et respectueux de l'Église sur le sens littéral de cette Prophétie jérusalémite ne signifie en effet nullement sa condamnation. L'argumentum ex silentio est très-difficile à manier par les esprits antisémites, sectaires primaires, etc. (revoir que dessus), qui s'imaginent aussitôt qu'il y a "condamnation" là où il n'y a que "silence" sans aucune connotation négative de la part de l'Église.

 

        Il était d'ailleurs tout-à-fait impossible que l'Épouse du Saint-Esprit condamne de quelque manière que ce soit le sens littéral de la prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur, car le Saint-Esprit a voulu et ordonné ce sens littéral de manière formelle. Loin donc, de la part de l'Église, de toucher à ce sens !! Que le Saint-Esprit ait voulu et ordonné cedit sens littéral de la prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur pour lui faire dire que le Retour physique et géographique des juifs à Jérusalem et plus généralement en terre d'Israël sera signe formel et certain de fin des temps, on le sait assurément par les deux raisons majeures sus-invoquées, et que voici :

 

        1/ La première, exégétique. Cette prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur, v. 24 seconde partie, est insérée dans les punitions qui vont tomber à bras raccourcis sur les juifs, suite à leur rejet déicide de Jésus, leur Christ-Messie, toutes rassemblées dans les v. 20 à 27 du ch. XXI de l'Évangile de saint Luc. Or, cesdits versets, qui précèdent et qui suivent immédiatement notre v. 24 seconde partie, qui se trouve au beau milieu, ont TOUS trait à des prophéties physiques, matérielles, qui, TOUTES, sans exception, ont eu un accomplissement de même nature, c'est-à-dire non point du tout spirituel, mais tout ce qu'il y a de plus matériel, physique, au sens littéral, et même le plus cruellement littéral possible (châtiment des juifs par "le fil de l'épée", mise en captivité dans les nations des survivants, malédiction sur les femmes juives enceintes, etc.). Il est donc exégétiquement rigoureusement tout-à-fait impossible, dans cet ensemble tout d'une pièce, que le seul v. 24 seconde partie, qui, lui aussi, décrit premièrement un châtiment physique, géographique, et la fin dudit châtiment, puisse n'avoir, dans la Bouche de son divin Auteur, qu'un sens spirituel. D'autant plus que la sainte-Écriture le lie formellement, par la conjonction de coordination "ET" à la première partie dudit v. 24 (= "Ils [les juifs] seront emmenés captifs dans toutes les nations, ET Jérusalem sera foulée aux pieds, etc."), laquelle première partie, prophétisant une chose matérielle, a eu, lors de la chute de Jérusalem en l'an 70, un accomplissement tout ce qu'il y a de plus matériel, et donc a vu son sens littéral accompli, advenu. Il y a d'ailleurs, on le remarquera, un lien logique dans la pensée de Jésus lorsqu'Il décrit ce fait tout d'une pièce, qui a une cause (= les juifs seront physiquement soustraits de Jérusalem, puisqu'ils seront emmenés dans les nations) et un effet (= ils ne seront donc plus à Jérusalem, qui, bien sûr, subséquemment, sera foulée aux pieds par les nations).

 

     Or, puisque le début de cette prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur a eu un accomplissement physique, matériel, géographique, dûment constaté et enregistré par l'Histoire, la suite et fin de ladite prophétie, qui est que le châtiment touchant la ville sainte juive, à savoir d'être aux mains des nations et non plus des juifs, finira quand le Temps desdites nations finira lui-même, ne peut bien sûr, elle aussi, qu'avoir un accomplissement D'ABORD physique, matériel, géographique, avant tout sens spirituel (qui certes existe, lui aussi). Or, puisque nous voyons les nations ne plus fouler Jérusalem de leurs pieds, les juifs l'occupant de nouveau librement, en leur nom et qualité de juif, la foulant de leurs pieds pour reprendre la formulation de Jésus, alors cela veut dire que la dernière partie de la Prophétie jérusalémite est accomplie, dans son sens premier, qui est matériel, physique, géographique, ce qui signifie formellement que la fin du Temps des nations est advenue. "L'Écriture éclaire l'Écriture" : impossible de supposer que le seul v. 24 seconde partie puisse n'avoir qu'un sens spirituel alors que tous les autres versets de la grande prophétie de Notre-Seigneur touchant le châtiment des juifs consécutif au rejet déicide qu'ils feront de Sa personne, ont tous eu un accomplissement d'abord physique, au sens littéral le plus serré du texte. La conclusion est simple.

 

        Et bien sûr, l'Église le sait mieux que personne, elle qui n'a jamais attenté le moins du monde à ce sens littéral de la prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur que je viens de rappeler et d'exposer, contrairement à ce qu'un nombre impressionnant de scolastiques néo-pharisiens essayent de faire croire et accroire mensongèrement, hélas dans tous les temps de l'Eglise et pas seulement le nôtre... Cette première raison exégétique serait déjà absolument suffisante pour invalider radicalement la thèse néo-pharisaïque et même gnostique (comme éliminant systématiquement, par principe, le corps de l'Écriture, c'est-à-dire son sens littéral), des scolastiques en général, qui ne veulent voir QUE le sens spirituel dans cette prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur...

 

        2/ Mais la seconde raison, théologique, invaliderait plus encore s'il était possible, ladite thèse spiritualiste négationniste qui nous occupe. En effet, loin que le sens littéral de la prophétie de Notre-Seigneur sur Jérusalem s'oppose au sens spirituel qu'elle contient, qui est la Conversion finale des juifs à la fin des temps, ce sens littéral y est tout au contraire théologiquement ordonné de la manière la plus formelle, la plus nécessaire ! Le Saint-Esprit a prévu en effet, pour la fin des temps, le Retour des juifs dans "la terre que J'ai donnée à vos pères" (Jr XXX), afin de leur y donner la grâce de la Conversion finale en corps de nation... Supprimer le sens littéral de la prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur, c'est donc, par le fait même, ipso-facto, supprimer son sens spirituel, et se positionner le plus radicalement qu'on peut contre la Conversion finale des juifs!

 

      L'Écriture forme ici un tout harmonieux, exactement comme le corps et l'âme dans l'être humain, et attenter au corps de l'Écriture, c'est-à-dire à son sens littéral, revient à supprimer son âme, son sens spirituel. Comme je l'établirai en effet soigneusement dans mon article, le Retour physique et géographique des juifs en terre d'Israël est le tout premier palier théologiquement nécessaire à leur Conversion finale. On serait tout-à-fait fondé à le baptiser : "Conversion du corps du juif", prélude nécessaire et rempli d'espérance de celle de son âme, proche donc, dès lors que cette "conversion du corps" est opérée ! Et c'est ainsi que le Saint-Esprit a ordonné les choses de la fin des temps. Supprimer les fondations terrestres de la maison, comme le font les scolastiques néo-pharisiens, c'est donc faire s'écrouler la maison elle-même. Les juifs eux-mêmes, quoique non-encore convertis, ont grande conscience du caractère essentiellement spirituel du Retour cependant physique et géographique en terre d'Israël, car ils l'appellent l'Aliyah. Ce mot hébraïque, étymologiquement, signifie : ascension, élévation spirituelle. Et non point matérielle. Le Retour en terre d'Israël est donc moins conçu par le juif comme quelque chose de matériel, physique, géographique, que comme spirituel ! Ce en quoi, on est obligé de noter que le juif non-converti est plus inspiré que le scolastique catholique !

 

        ... Et plus inspiré que les papes modernes, hélas. Car, en tant que catholique, on est contraint d'enregistrer, la mort dans l'âme et le rouge de la honte au front, que le tout premier pape interpellé par le grand Retour des juifs à Jérusalem et en terre d'Israël, à savoir Pie X (1903-1914), adoptera immédiatement le positionnement anti-prophétique et agnostique des néo-pharisiens que je dénonce dans mon article. Dans l'enténèbrement et l'aveuglement de l'esprit le plus complets et le plus incroyables. Ne prenant aucunement en compte les raisons sus-exposées, exégétique et théologique, pourtant fondamentales catholiquement parlant. Qui l'auraient empêché de proférer à Theodor Herzl son abominable "non possumus", qui résonne en blasphème sacrilège à tous les échos prophétiques de notre temps ("Non, l'Église ne peut pas aider les juifs à réintégrer la terre d'Israël, parce qu'ils ne sont pas chrétiens", osera-t-il lui dire dans une audience privée, en 1904, ne prenant nullement conscience ô malheur, que ledit Retour était le... premier jalon, justement, de cette Conversion finale du juif au Christ en corps de nation, prophétisé par le Saint-Esprit dans l'Ancien et le Nouveau Testament excusez du peu, et qu'il fallait donc tout faire pour les y aider, surtout quand on s'appelait le Vicaire du Christ, en leur expliquant qu'un tel miracle de Dieu était fait pour eux aux fins de les amener à leur conversion à "Celui qu'ils ont transpercé", etc.).

 

     Se positionnant donc ainsi immédiatement, dès la naissance en ce monde du signe eschatologique juif, résolument et sataniquement, contre l'accomplissement prophétique de notre temps, à l'instar des antiques pharisiens. Et méritant ainsi à l'Église du temps des nations strictement la même condamnation usque ad mortem que celle de la Synagogue, et exactement pour la même raison du rejet de l'accomplissement prophétique. On ne peut plus s'étonner, dès lors, de voir lesdits papes modernes (... autant du reste, il est bon de le dire, ceux d'avant Vatican II comme ceux d'après, le clivage tradi/moderne étant ici dépassé...), ayant rejeté le Plan divin sur "la question juive", aller se jeter dans les bras de la prostituée (de Babylone), en épousant les pires plans mondialistes onusiens sur la question (internationalisation de Jérusalem pour en faire une ville libre universelle, à base de révolutionnaire et impie Liberté religieuse ; création d'un surréaliste et contre-nature État palestinien en terre d'Israël, etc.).

 

        Cet article fort charpenté, musclé, rédigé avec nerf, énergie, remettra donc à l'honneur, sur le chandelier de l'Église, où elle aurait toujours dû demeurer, la lecture littérale de la Prophétie jérusalémite de Notre-Seigneur en Lc XXI, 24, contre toutes tendances spiritualistes néo-pharisaïques et gnostiques. Laquelle dite lecture littérale, loin d'exclure et de supprimer le sens spirituel, en est tout au contraire le fondement, la base, le tout premier waypoint, le sens spirituel étant, tel l'adulte de l'enfant, l'épanouissement complet du sens littéral, qui, ainsi conçu, n'est pas du tout une lecture protestante ou "Témoin de Jéhovah" de cette prophétie, bien au contraire, quand elle est la seule à être CATHOLIQUE VÉRITABLE, dès lors qu'elle est le soubassement essentiel du sens spirituel.

 

        Qu'on ne croit pas cependant, à un exposé théorique et aride de "la question juive". À l'origine, cet article, écrit il y a une vingtaine d'années en pleine guerre du Golfe (1992), était un Historique des plus passionnant, basé sur la réalité des faits concrets du Retour des juifs dans "le pays que J'ai donné à vos pères", et non pas sur les phantasmes mensongers, palestiniens ou autres, pour étouffer la vérité vraie de ce qui s'est passé de merveilleux et d'extraordinaire, en vérité, là-bas, dans la terre du salut, depuis un bon siècle maintenant (par exemple, on verra que le Retour est accompagné, exactement comme dans l'Exode, d'un prodigieux et tout miraculeux accroissement démographique de la seule race juive au XIXème siècle, comparé au tableau de toutes les autres races... ce qui n'a pas été beaucoup dit jusque là).

 

 

        Pour lire le livre de Vincent Morlier, cliquer ici



07/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 628 autres membres